Sur la route en trike

Imgres 1

La véritable bête noire ce sont les rond-points.

Généralement sur la route on roule zen en trike au point qu'on en oublie presque les autres usagers  , les voitures doublant très souvent au-delà de la distance de sécurité réglementaire. À ce jour , je n'ai jamais constaté de poids lourds me frôler , en tous cas rien de mémorable , contrairement au VD qui est plutôt stressant je trouve. On est beaucoup plus respectés. Même les motards ou autres scooters attendent de croiser en face avant de me doubler alors qu'il y a largement la place. Parfois aussi , certains sont à un cédez-le-passage et attendent que je sois passé alors qu'ils avaient largement le temps de s'engager sans me couper la route. Et vice-versa , il est déjà arrivé que je sois à un cédez-le-passage et que l'usager arrivant qui a la priorité me laisse passer.

Dans certaines situations je suis obligé d'appliquer un certain non-civisme afin d'obliger les engins motorisés , notamment les automobilistes , à ne pas effectuer un dépassement abusif et risqué. Généralement à cause de cette mauvaise habitude incompréhensible de vouloir presque systématiquement doubler parce que c'est "juste un vélo" , or un vélo ça peut aller vite aussi. À partir de 25 km/h et au-delà , à l'approche d'un rond-point , d'un virage sans visibilité en ou hors agglomération selon la largeur de la route (il y a des endroits où les voitures , pas toutes , me doublent en même temps qu'elles croisent sans problème pour moi) , j'effectue plusieurs contrôles afin de vérifier que personne n'est sur le point de me doubler et que les véhicules qui arrivent derrière moi sont bien en train de ralentir , ensuite je me déporte de plus en plus sur la gauche jusqu'à être aux limites de ma voie afin d'empêcher le dépassement et ne pas me faire rabattre en urgence contre le trottoir ou dans le fossé au risque de me faire accidenter parce que d'un coup il arrive quelqu'un en face , c'est assez efficace , ensuite lorsque ce n'est plus nécessaire je me range bien à droite. C'est justement quand j'applique un certain civisme que je constate plus de prises de risques inutiles. 

Certains pratiquants disent qu'il y a plus de clignotants pour doubler , je ne vais pas infirmer ni confirmer , soit je n'y prête pas trop attention (sauf les assez rares fois où je me fait frôler mais du moment qu'il y a le clignotant et un net ralentissement alors ça va) , soit effectivement il y en a un peu plus que la moyenne mais sans généraliser.

"On ne vous voit pas" : 

Tout d'abord les automobilistes qui affirment cette réplique sont ceux qui ne respectent pas deux règles de sécurité pouvant faire l'objet d'une contravention. La première c'est de ne pas mettre de clignotants au moment de nous dépasser , ce qui peut surprendre l'automobiliste qui succède... principalement parce que ce dernier , justement , ne respecte pas la deuxième règle : la distance de sécurité entre lui et le véhicule qui le précède. Être bardé de fanions et de diodes flashantes n'est pas un gage de sécurité parce que les motorisés ne respectent pas les règles. Ils le savent pertinemment mais je pense que c'est plus parce qu'ils n'en voient pas l'intérêt et ne mesurent pas la gravité du problème en le minimisant , à tort , plutôt qu'un oubli. Et même par fainéantise. 

Voici une réplique efficace qui casse littéralement cette réflexion désobligeante de certains usagers : "Je vous ai doublé à [untel endroit] et on ne vous voit pas." "Comment savez-vous que vous m'avez doublé à [untel endroit] si vous ne me voyez pas ?". Ça calme tout de suite. Si l'échange devient un peu vif ou l'était déjà , on peut rajouter :"J'ai la hauteur d'un enfant de trois ans et si vous ne voyez pas un enfant de cet âge alors c'est que vous n'avez rien à faire au volant d'une voiture". Imparable ! 

Selon la loi Badinter , s'il y a un accident vélo-voiture , c'est le conducteur qui est totalement responsable car le vélo n'est pas considéré comme un véhicule mais en tant que piéton donc usager vulnérable. 

Usager vulnérable :
Un cycliste , tout comme un piéton , fait partie des victimes protégées sans restriction. C’est-à-dire qu’en cas d’accident avec une voiture , sa responsabilité civile sera , dans la grande majorité des cas , écartée, puisqu’il ne conduit pas un véhicule terrestre à moteur. Un automobiliste est , de ce fait , beaucoup moins vulnérable qu’un cycliste.

Faute inexcusable :
Pour qu’il soit considéré comme pleinement responsable d’un accident de la circulation , il vous faudra démontrer qu’il a provoqué volontairement ses blessures (suicide) ou que sa faute était inexcusable - attention ce dernier point ne peut être pris en compte pour les victimes âgées de moins de 16 ans , de plus de 70 ans, atteintes d’une incapacité permanente ou encore d’une invalidité au moins égale à 80 %.

Il reste néanmoins très délicat de prouver une telle chose. Même si le cycliste a commis une imprudence ou une maladresse , c’est votre responsabilité qui sera toujours recherchée. En tant qu’automobiliste , vous devez rester maître de votre véhicule. Une telle obligation n’existe pas pour les vélos.

Ainsi , si vous renversez un cycliste , c’est votre assurance auto et plus particulièrement votre responsabilité civile qui devra prendre en charge les éventuels dommages corporels de la victime dans leur intégralité et les dégâts matériels selon les circonstances de l’accident.

Une faute inexcusable d'un cycliste c'est griller un feu rouge , un stop , un cédez-le-passage ou aussi de ne pas avertir d'un changement de direction (clignotant , tendre le bras).

Cela me rappelle du temps où j'avais encore une voiture. Circulant sur une départementale à une période de l'année où le soleil était déjà bas en début de soirée , j'avais frôlé un cycliste. Bien sûr sans faire exprès mais parce que j'étais gêné par le soleil de face et que le pare-soleil ne pouvait pas être positionné plus bas. Ce que j'aurais dû faire c'est me servir de ma main pour me protéger la vue du soleil. Sur le moment je m'étais dit que le cycliste était vraiment imprudent de circuler en cette période. Maintenant je me dis qu'il est libre de circuler quand il le souhaite et qu'il n'est absolument pas en infraction. Donc si je l'avais percuté , je ne pouvais m'en prendre qu'à moi-même car cela aura été considéré comme un manque d'attention , de prudence et d'anticipation. Donc un défaut de maîtrise de véhicule. L'excuse du soleil sera irrecevable.

Donc affirmer qu'on ne nous voit pas , je n'y crois guère. 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"Vous voyez , mais vous n'observez pas. La distinction est claire." (Sherlock Holmes).

Si on attachait un billet de 500 € à l'arrière il se verra à bonne distance raisonnable et le type de coupure sera identifiable donc on nous voit.

Nous ne sommes pas furtifs , il ne faut pas exagérer. 

Je pousse un coup de gueule sur cette réplique assez agaçante de certains automobilistes , pas tous heureusement , mais ce qui l'est encore plus c'est de dire qu'on est "dangereux". Faire du vélo c'est juste "risqué" mais certainement pas "dangereux". Franchement , qu'est ce qui ferai le plus de dégâts entre un vélo de 15 kg lancé à 30 km/h et une voiture de 1200 kg lancée à la même vitesse ? Sérieusement le vélo n'est pas dangereux , sans blaguer. Certaines personnes devraient revoir la définition de ce mot. Donc une voiture c'est à la fois dangereux et risqué , sans compter la vitesse moyenne d'une voiture qu'un vélo est bien incapable d'atteindre. Il y a une énorme différence d'énergie cinétique entre un vélo et une voiture. Une voiture gaspille énormément d'énergie car en général ça accélère beaucoup pour freiner aussitôt après , ce qui n'a pas de sens. Il suffit d'être cycliste régulier pour se rendre compte de cette aberration. Ce dernier réalise toute l'énergie qu'il faut lors d'une relance et cherchera à freiner le moins possible grâce à une allure modérée , ce qui n'a rien de dangereux. Le vélo est bien plus sûr que la voiture. 

Conduire une voiture ou tout autre engin motorisé c'est une attention de tous les instants , on n'a pas le droit d'être évasif , point barré. Ce n'est pas seulement "voir" (percevoir à l'aide de la vue) mais surtout et principalement "observer" (regarder attentivement pour surveiller , contrôler , analyser et réagir en s'adaptant). J'ai connu quelqu'un qui a fait des tonneaux pour une seconde d'inattention , une seule pas deux (il s'en est sorti). Si un enfant de deux ans venait à traverser la route par inadvertance , ce ne sera pas "je ne l'ai pas vu" mais "j'ai pilé". Certains conducteurs semblent oublier qu'il faut s'attendre et prévoir tous types d'obstacles sur la route à tout moment. Ce qui est moins connu c'est que la voiture ça "endort" (je suis un ancien conducteur) , déjà en écoutant la radio qui n'est autre qu'une distraction pour le cerveau donc un début de diminution de la concentration et de l'attention. Mais aussi c'est très monotone , absence totale d'efforts , pas de sensation de l'environnement etc... Monotonie qui a parfois tendance à pousser "à s'occuper" pour passer le temps ou en gagner une fois arrivé  , combien font "autre chose" en conduisant (smartphone , téléphoner , se coiffer etc) , croyant assez naïvement qu'ils gèrent , que "ça va aller" ? Le cerveau humain n'est pas multitâches , ce n'est qu'une illusion , un mythe , impossible d'écouter une conversation et de lire quelque chose en même temps en comprenant tout , sans s'embrouiller , c'est l'un ou l'autre. (Ça me fait penser à une émission de TV sur la sécurité routière que j'avais vue il doit y avoir quelques années dans laquelle un volontaire , qui avait accepté de témoigner dans l'émission , expliquait qu'il utilisait régulièrement ses trois téléphones simultanément en conduisant , se vantant qu'il a toujours fait ça sans problème depuis longtemps. Il lui a été proposé d'effectuer une démonstration dans un simulateur d'auto-école sur écran géant. Il s'est comporté comme à son habitude et a percuté un piéton qui traversait. Bien sûr il ne s'est rendu compte d'absolumeent rien même lorsqu'on lui a demandé. L'utilisation du portable en conduisant est un fléau d'une inconscience et d'une irresponsabilité totalement hallucinants !! Cela reste une distraction qui est responsable d'une perte de 70 % de concentration ce qui impacte lourdement sur l'attention. Certes le simulateur ne reproduit pas la sensation de l'impact depuis le véhicule mais cela n'aurait pas dû arriver quand même. Pas étonnant qu'il se développe des véhicules "sans chauffeur" , il y aurait 80 % d'accidents en moins avec un véhicule piloté par Intelligence Artificielle , vu que beaucoup d'accidents sont liés à une erreur humaine) Tout le contraire en vélo ou l'environnement nous informe en permanence (vent , froid , pluie , chaleur , odeurs) , où l'on ressent douleurs musculaires , faim , soif , sudation , fatigue , sensation de la pratique etc , tout cela maintient la concentration et l'attention sur ce qui se passe et sur ce que l'ont fait. Et surtout , on n'a pas cette fausse impression d'invulnérabilité. Alors qu'on ne vienne pas me dire qu'on ne me voit pas sous prétexte que je ne suis qu'à 85 cms de hauteur , ce n'est qu'une question de vigilance permanente sans faille avec aucun droit à l'erreur.

Sinon j'ai deux options :

  • Rendre le permis à la préfecture.
  • Aller d'urgence , en taxi , chez l'ophtalmo.

J'ai l'impression que la réplique "on ne vous voit pas" est une façon détournée pour rejeter la faute ou l'illégalité sur le cycliste parce que c'est un vélo qui sort de l'ordinaire , spécial , et ainsi l'automobiliste se croit "intouchable" ou alors d'une totale mauvaise foi.

On peut comprendre aussi l'effet exceptionnel et inhabituel de rencontrer ces vélos spéciaux d'où la réplique "on ne vous voit pas" qui fait plutôt référence à "on n'a pas l'habitude de voir ce genre d'engin"  mais ça ne change rien au fait que la vigilance et l'attention doivent primer. 

Heureusement , cela reste une minorité , la plupart des gens sont attentifs.

Si je venais à rouler de nuit sans aucun éclairage , habillé tout en noir (j'ai vu des cyclistes urbains dans cette situation) et qu'on me dise qu'on ne me voit pas , je veux bien , mais de jour avec un grand soleil , même par temps nuageux donc des conditions météo idéales , il ne faut pas exagérer en déformant la réalité.

Ça me fait rigoler cette loi qui interdit aux cyclistes d'avoir un casque audio sous prétexte qu'ils n'entendraient pas les dangers. Les sourds font comment ? Une voiture avec une radio n'est rien d'autre qu'une caisse de résonance. On comprends bien que les députés ne font déjà pas eux-mêmes du vélo mais en plus ils ne semblent clairement pas consulter les cyclistes expérimentés qui sont de très bons conseils.

Date de dernière mise à jour : 22/01/2019