Présentation

Imgres 7

Je suis né en 1983.

Pourquoi Bentrideur ?

"Bent" est l'abréviation du mot Anglais "recumbent" qui veut dire allongé , cela désigne les VH (Vélo Horizontal) et englobe souvent les trikes.

Un bentrideur est un pilote de bent , j'ai rajouté un "u" à la fin pour faire plus Français.

Tout a commencé en avril 2013 , ayant des troubles de l'équilibre irréversibles , je n'ai jamais été très à l'aise sur un VD (vélo droit) , ou plutôt VTT. J'ai donc décidé d'abandonner ce dernier au profit d'un VD de route puisque je ne servais ce VTT (Trek Fuel EX8) quasiment que sur route. Avec une petite amertume parce que je ne trouvais pas la position d'un VD de course franchement confortable et idéale. Et puis j'ai toujours préféré les sentiers battus au bitume. C'est lors d'une recherche sur internet en souhaitant faire des comparatifs de VD pour savoir ce que je voulais que je suis tombé par hasard sur le monde du vélo couché ou vélo horizontal (VH). Curiosité oblige j'ai jeté un oeil. Après avoir cherché des réponses à beaucoup de questions , j'ai effectué un premier essai d'un trike de randonnée pour me rendre compte de ce que c'est en août 2013 dans un magasin à 185 kms de la maison (qui ne fait plus dans le VH depuis 2015 il me semble). Ce fut la confirmation d'une révélation : pas d'équilibre à gérer et donc une totale aisance. À ce moment-là , j'avais déjà des vues sur le ICE Vortex qui fut commandé le même mois pour une livraison en septembre (Auparavant je regardais le HPV Scorpion). C'est ainsi que j'ai pu refaire du vélo ou plutôt réapprendre car c'est très différent du vélo traditionnel.

Actuellement , je ne suis intéressé que par les trikes sportifs , pour la performance. Je ne pense pas rouler avec un modèle de randonnée pour l'instant. J'ai parfois pensé au Fat trike mais ça ne remplace pas un VTT , il risque d'y avoir trop souvent des zones de portage là ou un VTT , et même un Fat bike , passeraient sans problème. De plus , le rendement sera très inférieur à ces deux roues des sentiers battus (poids supplémentaire et troisième roue oblige).

Quand au vélomobile j'ai appris son existence en août 2014. J'ai d'abord commencé par chercher pour savoir ce que c'est vraiment que cet engin en forme de fusée horizontale. Est-ce que ça m'intéresse ? En voudrais-je un ? En aurais-je l'utilité ? Est-ce abordable ? Après de longues lectures j'ai répondu à ces questions par la positive quoique un peu refroidi par le tarif moyen auquel j'ai dû m'habituer après en avoir compris les raisons pertinentes. Ensuite je m'interrogeais sur le modèle que je voudrais. Sportif ou utilitaire ? Mixte ? Avec ou sans assistance électrique ? Notamment dans ma région vallonnée : indispensable ou pas vraiment ? Selon le modèle ? Quelle fiabilité et solidité ? J'ai cherché beaucoup de lecture de propriétaires et de leurs comptes rendus pour déterminer ce qui pourrai me correspondre. Je voulais un maximum d'informations. Puis j'ai pris du retard pour aller faire des essais , préférant prendre mon mal en patience en attendant la disponibilité à l'essai de deux modèles Français en développement qui pourraient éventuellement m'intéresser. Du moins sur le papier. Mais les choses évoluent bien plus lentement que ce que je croyais. C'est finalement en juin 2017 après divers essais dont un des deux Français (Mulsanne. LeMans n'était pas opérationnel : juste la coque) que mon premier VM neuf fut livré : le DF XL pour sa légèreté et sa capacité d'emport presque unique pour un sportif (j'ai privilégié un sportif mais à l'avenir je n'exclut pas de compléter avec un modèle entièrement utilitaire tel par exemple le Quattro). L'avantage est que j'ai quand même un modèle qui a déjà subi des améliorations et ainsi je n'ai pas constaté de soucis dont certains étaient bien connus sur des modèles antérieurs. Et puis cela m'a permis de faire davantage d'économies. Aucun regret dans cette longue attente. 

Sur ce site , j'ai surtout envie de parler de mon ressenti , mes impressions. Mais aussi mes expériences du matériel , des composants etc. J'apprécie de pouvoir donner un kilométrage aux pièces d'usure du vélo avant changement en utilisation normale , parce que souvent je réalise que c'est bien plus intéressant de se déplacer en vélo , ça ne coûte pas cher en entretien , pas de carburant ni assurances supplémentaires et c'est très bon pour la santé , comparé à la voiture qui est assez onéreuse et contraignante pour le peu d'utilisation car le plus souvent ce véhicule est à l'arrêt sur un parking ou dans un garage privé. Pourquoi une voiture ou n'importe quel engin motorisé lorsqu'on n'a aucune contre-indication pour le vélo , aucun empêchement ? Notamment pour des courts trajets , inférieurs à 15 kms , voire 20 à 40 kms , tant que c'est plat ou légèrement vallonné , sans côtes trop longues et importantes , sans besoin d'emports de bagages importants , sans urgence , sans intempéries ou juste légères ? Personnellement , la voiture pour moi ce n'est qu'en cas d'absolue nécessité car effectivement dans certaines situations elle sera incontournable. Mais le plus souvent elle est à l'origine d'un véritable gâchis énergétique , quelle soit électrique ou thermique , la plupart du temps elle n'est pas absolument indispensable. 

Le vélo , ce n'est pas si dur quand on le pratique très régulièrement , je peux faire un minimum de 50 kms par jour en Vortex facilement et pourtant je n'ai quasiment pas de plat. En DF je trouve que c'est un peu court 100 kms voire 120. J'avais lu un article il y a un certain temps qui parlait de divers prototypes d'entrepreneurs conçus pour les déplacements courts ou urbains autres que la voiture , moto etc , qui sont moins encombrants et moins contraignants à l'usage. J'avais constaté qu'ils étaient tous basés sur le même problème : le "sans efforts" donc électriques. Je ne comprends pas toujours cette recherche quasi systématique du "sans efforts" surtout quand rien ne peux empêcher de se bouger avec sa propre énergie. Le déplacement sans efforts est une forme de sédentarité qui a pour effet un coeur peu sollicité et donc des muscles qui se contractent de manière moins efficace. La suite est facile à deviner : augmentaion du risque de diverses maladies comme le diabète , les cardiovasculaires et de surpoids puisque l'organisme consomme très peu de calories. Dans beaucoup de situations je ne comprends absolument pas ce besoin d'un moteur juste pour quelques kilomètres. Je ne comprends pas non plus de polluer pour presque rien. Le vélo quel qu'il soit sera toujours le moyen de déplacement le plus propre et respectueux de l'environnement. Même une voiture électrique ou à hydrogène n'est pas tant propre que cela. Bien sûr le vélo ce n'est pas 100 % propre si on tient compte de la fabrication des composants comme par exemple les pneus. Mais leur impact reste très faible et inégalable notamment parce qu'ils n'ont pas les mêmes dimensions que les motorisés , très inférieures. Et parce que très souvent un vélo est bien plus léger que son pilote , contrairement aux motorisés. Pourquoi utiliser 1200 kg pour déplacer seulement 70 kg alors que ce n'est pas absolument justifié ? Il est plus pertinent et logique d'utiliser 8 à 32 kg. 

Trop difficile et contraignant de se déplacer vite en vélo ? À moins d'être un pro du Tour de France ? Non. Il existe des vélos très spéciaux : les vélomobiles. Confortables , protection contre les intempéries et emport de bagages.

La preuve :

À 1"30 , on voit bien que ce n'est pas un jeune , et en plus sans le toit il perd un peu en aéro , peut-être 3 km/h de perdu , il s'agit d'un Milan SL. Assistance électrique ? Pas forcément : c'est apparemment plus ou moins plat. Mais surtout ce ne sont pas les mêmes développements. Et en fonction des pneus il peut y avoir beaucoup de différence pour un même modèle. 

Date de dernière mise à jour : 05/04/2019